Vaulx-en-Velin Sud
Article mis en ligne le 22 novembre 2019
dernière modification le 22 novembre 2020

Le « réseau REP+ Jacques Duclos » correspond à la partie sud excentrée de la ville de Vaulx-en-Velin. Il est délimité par le canal de Jonage (nord), et par les communes de Bron (sud), Villeurbanne (ouest) et Décines (est).

Ce quartier se compose de trois sous-quartiers : le Balme, la cité TASE et Logirel-Chénier. A chacun d’entre eux correspond un groupe scolaire. Le collège et les écoles sont classées en ZEP depuis 1982, puis REP puis RAR puis REP+.

Une grande partie de ce territoire est en pleine requalification grâce au projet du Carré de Soie. De nombreux projets de construction sont en cours, et les livraisons de nouvelles habitations se succèdent.

Pour de plus amples informations, consultez le site du Grand Projet de Ville (GPV).

Historique du quartier

Cette partie de la commune fut pendant longtemps une vaste plaine agricole, séparée par d’anciennes lônes (bras du Rhône restant en retrait du lit principal), puis par le canal de Jonage à partir de la fin du XIXème siècle. L’usine textile qui s’y installe dans les années 20 et ses cités attenantes marque les débuts de son urbanisation qui s’accéléra dans les années 1950-1960 avec la construction de plusieurs ensembles immobiliers. Inscrit dans le périmètre du GPV, les enjeux sur ce secteur en terme de politique de la ville sont importants bien qu’ils se distinguent fortement de ceux du nord et de l’ancienne ZUP. Le projet urbain du Carré de Soie constitue par ailleurs un indéniable levier pour son développement.

Au cœur du Sud, l’usine textile de la TASE et ses cités

En 1925 a lieu la construction de la cité ouvrière autour de l’usine textile de la TASE (Textile Artificiel du Sud-Est), permettant de loger ses employés. L’usine attire une main d’œuvre immigrée qui s’installe par vagues successives. Les ingénieurs et chefs d’équipe sont logés dans les pavillons des petites cités TASE, alors que les ouvriers s’installent dans les grandes cités TASE (immeubles collectifs).

Lors de la fermeture de l’usine dans les années 1980, les immeubles sont vendus à un bailleur social, permettant la constitution de nombreux logements sociaux. Les anciens employés de l’usine ont ainsi pu rester sur le secteur. Le quartier pavillonnaire reste, quant à lui, habité par une population vieillissante et par de nouveaux accédants à la propriété.

Logement : réhabilitations des résidences existantes et constructions en cours

Depuis 2009, la réhabilitation des résidences sociales est largement mise en œuvre : les logements sont rénovés (réfection des installations sanitaires, mise aux normes du réseau électrique) et les espaces extérieurs sont réaménagés (aires de jeux, parcelles de jardins familiaux, espaces verts).

Plusieurs programmes immobiliers sont toujours en cours en 2020, organisant la construction de nombreux logements, sociaux et privés. La livraison progressive de ces logements entraîne un essor important et continu de la population.

Le Carré de Soie : du tissu industriel au parc habité

Cet ambitieux projet qui s’étend sur 500 hectares est réalisé par le Grand Lyon en partenariat avec les villes de Vaulx-en-Velin et Villeurbanne. Il s’agit de redynamiser cette partie de la ville située autour de l’ancienne usine textile de la TASE, en favorisant l’implantation de nouveaux habitants, commerçants et entreprises tout en améliorant le cadre de vie. L’objectif de ce projet est la création d’un pôle de loisirs et de commerces qui comporte une quarantaine de boutiques, un hippodrome refait à neuf, un multiplexe et des espaces de loisirs. La qualité environnementale sera particulièrement respectée : jardins, espaces verts, constructions écologiques, valorisation des berges du canal.